alain greloud | photographe

infos  -  contact.

 

 

matière sombre.

muted feelings.

n.o.r.d..

la quadrature du cercle.

sous le soleil exactement.

le livre de sable.

par un matin d'hiver.

vanité....

demande à la poussière.

水色
mizuiro.

つくりばなし
tsukuribanashi.

jeux d'artifices.

rêve n°33.

hôtel de la baie des trépassés.

si loin, si proche.

joulukuu.

phpa 2010.

l'île.

le grenier.

marcelle.

 

 

travaux professionnels.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Rêve n°33

Lorsque, pour la première fois, j'aperçois au loin les cabines de Gouville-sur-Mer, sur la crête
des dunes longeant la côte, je suis immédiatement aimanté par cet endroit. Si les taches
multicolores des toits et la lumière liquide dans laquelle se dilue le soleil sont certes très
photogéniques, c'est surtout l'imprécision du lieu qui m'intéresse, son aspect indéfini et incertain,
onirique. Relativement éloignées de toute zone urbaine et pour la plus grande partie de l'année
vidées de leur fonction d'origine, ni lieu touristique ni "non lieu", les cabines de Gouville sont
une douce "anomalie" dans la typologie du paysage, une invitation au rêve.

Aussi, ai-je pris le parti d'écrire, de construire cette série comme un rêve avec tout ce qu'il
comporte d'incongru, en adoptant son illogisme et son manque de structure. Un songe à la
plastique jouant sur les flous et la distorsion de l'échelle des tailles. Un rêve nommé du numéro
de l'une des cabines.

 

 

 

 

 

 


<--- retour