alain greloud | photographe

infos  -  contact.

 

 

tomorrow there is no evidence
you were ever here.

matière sombre.

muted feelings.

n.o.r.d..

la quadrature du cercle.

sous le soleil exactement.

le livre de sable.

par un matin d'hiver.

vanité....

demande à la poussière.

水色
mizuiro.

つくりばなし
tsukuribanashi.

jeux d'artifices.

rêve n°33.

hôtel de la baie des trépassés.

si loin, si proche.

joulukuu.

phpa 2010.

l'île.

le grenier.

marcelle.

 

 

travaux professionnels.

corporate.

presse et édition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'île

L'île c'est Anafi, à l'extrême Sud-Est de l'archipel des Cyclades. Mais Anafi pourrait être une
métaphore de l'Ile, de beaucoup d'îles délaissées par le continent parce que trop lointaines et sans
intérêt économique ; avec leurs problèmes d'eau, d'électricité, d'approvisionnement et de désertion
par les jeunes générations.

Isolée, abandonnée, aride, désolée même, l'île est un havre de paix loin de l'agitation urbaine, une
fenêtre ouverte sur la nature où la présence de l'homme, seulement mais toujours perceptible par ses
"traces", devient apaisante. Les "traces" de l'homme se fondent dans le paysage, acceptées, intégrées,
digérées par la nature, elles s'harmonisent parfaitement avec cette dernière. Entre abandon et construction,
Anafi hésite. Elle reste figée sous le soleil, comme hors du temps, hors du réel, déjà dans l'imaginaire.
La beauté de l'île en devient captivante. Les quelques kilomètres de route bitumée ne sont qu'un mirage,
la chaise où l'on attend l'improbable venue du bus, un trompe-l'oeil. L'absence de l'homme - mortel - donne
une illusion d'éternité. Les matériaux de construction abandonnés çà et là, acteurs et spectateurs de cette
immobilité jouent un rôle de catalyseur.

Mise en exergue par le format carré, c'est cette sensation de calme et d'harmonie que j'organise dans le
viseur de mon appareil. Le paysage photographié offre ainsi plusieurs lectures. Ce paysage incarne une
réalité contemporaine de l'île. Mais on peut également se laisser prendre à la rêverie, voir en cette île la toile
sur laquelle se réinventent les fragments d'une quiétude oubliée.

 

 

 

 

 

 

<--- retour