alain greloud | photographe

infos  -  contact.

 

 

tomorrow there is no evidence
you were ever here.

matière sombre.

muted feelings.

n.o.r.d..

la quadrature du cercle.

sous le soleil exactement.

le livre de sable.

par un matin d'hiver.

vanité....

demande à la poussière.

水色
mizuiro.

つくりばなし
tsukuribanashi.

jeux d'artifices.

rêve n°33.

hôtel de la baie des trépassés.

si loin, si proche.

joulukuu.

phpa 2010.

l'île.

le grenier.

marcelle.

 

 

travaux professionnels.

corporate.

presse et édition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Si loin, si proche

Un titre emprunté à un film de Wim Wenders pour une série en forme d'interrogation sur
la distance et la proximité du corps dans l'espace. Du corps par rapport à son environnement.
Y a-t-il une "juste distance" ou sommes-nous incapables de saisir, une personne, un sujet,
dans sa globalité ?

Je joue avec la focale et l'ouverture de mon appareil photo et explore la "juste distance".
Trop près, trop flou, trop loin, trop petit... La ligne d'horizon se fragilise au profit des
premiers plans, la place du corps dans l'espace éradique parfois presque entièrement le
paysage, ou, au contraire, prend toute la mesure de l'immensité de la nature au point
de ne plus être qu'un détail de l'image. Corps dressé, minuscule mais pourtant par lequel
existera la photo.

La notion de distance participe pleinement à notre appréhension du monde et à la
compréhension de l'organisation et de la hiérarchisation entre les différents plans. Intervient
ainsi une notion d'intellect. Et puis je repense à Saint-Exupéry et me dis que regarder
c'est surtout une question de coeur.

Il n'y a, à mon sens, bien évidemment pas de "juste distance" ; il y a juste une distance,
que finalement, les bâtiments un peu désuets des années soixante, le disque froid du soleil
et la beauté de la nature aidant, j'appréhende de manière onirique.

 

 

 


<--- retour