alain greloud | photographe

infos  -  contact.

 

 

matière sombre.

muted feelings.

n.o.r.d..

la quadrature du cercle.

sous le soleil exactement.

le livre de sable.

par un matin d'hiver.

vanité....

demande à la poussière.

水色
mizuiro.

つくりばなし
tsukuribanashi.

jeux d'artifices.

rêve n°33.

hôtel de la baie des trépassés.

si loin, si proche.

joulukuu.

phpa 2010.

l'île.

le grenier.

marcelle.

 

 

travaux professionnels.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le livre de sable


"Il me dit que son livre s'appelait le livre de sable, parce que ni ce livre ni le sable n'ont de commencement ni de fin."

                                                                                                                   Jorge Luis Borges. 1975. "Le livre de sable". 

Abîme, labyrinthe, infini, isomorphisme (correspondance entre deux ensembles présentant une identité de structure et un
même système de relations) autant de thèmes chers à Borges qui au fil des kilomètres de mon voyage dans l'Atacama s'insinuent
en moi. L'indescriptible liberté d'abord ressentie dans le plus aride des déserts de la planète, où beauté rime avec gigantisme, se
mue insidieusement en des sentiments plus mélangés. Le silence y devient assourdissant. Les superlatifs nécessaires à sa description
laissent entrevoir leur côté monstrueux, tout comme le livre dont il est question dans la nouvelle de Borges. Photographier le désert
prend une autre dimension… Puis il y a cette phrase aussi : "Si l'espace est infini, nous sommes dans n'importe quel point de l'espace.
Si le temps est infini, nous sommes dans n'importe quel point du temps"
. Aussi, je décide d'organiser ce projet photographique à la
manière du livre de sable… sans commencement ni fin, en des ensembles et des réseaux communicants et interdépendants, ne
sachant finalement plus lequel a initié l'autre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<--- retour